Lait d'Beu

26 janvier 2022

Attention : colis piégé

Bien entendu, celui-ci ne contiendra pas une bombe  - même glacée - mais uniquement du vent : ni le colis ni son contenu n'existent. Cette arnaque n'est pas nouvelle et se reproduira sans doute encore moult fois. J'ai moi-même découvert sur ma boîte courriel le 24 dec. 2021 - pour Noël c'était un peu sur raté ! - l'avis que mon colis n° XX2 est en route, m'invitant à confirmer le règlement des frais de livraison de 2,99 euros, à la suite de quoi il sera déposé directement dans ma boîte aux lettres si les dimensions le permettent. Quid de l'interphone ?

Je n'attendais aucun colis - quand je commande sur des catalogues ou des sites dignes de confiance les frais de livraison sont réglés à l'avance - mais cela m'a amusée : grâce aux informations développées par Delphine Bernard-Bruis dans un article paru 24 août 2021 sur Capital et msn/com/fr "Livraison de colis : attention à cette nouvelle arnaque" j'en connaissais les tenants et les aboutissants et ses modalités successives. 

Dans une première phase les escrocs se sont contentés de pratiquer le "phishing" ou hameçonnage en français : ils réclamaient une petite somme pour débloquer la livraison d'un colis qui n'existe pas. Ensuite, pour faire davantage de victimes, ils ont été contraints de réinventer leur modus operandi en se faisant passer pour des sociétés de livraison existantes - par ex. La Poste, UPS ou Colissimo - demandant toujours l'envoi d'une somme a priori modeste - les petits ruisseaux font les grandes rivières... de diamant - arguant des "frais de reprogrammation" de la livraison, lesquels doivent être versés dans ls 48 h, dans le but de mettre un peu plus la pression sur le pauvre particulier qui ne sait plus s'il a commandé ou pas.

Encore plus grave : le problème réside dans "le piratage des données personnelles des clients", lesquels sont contraints d'une part de régler par carte bancaire : les sommes dont ils disposent seront aspirées jusqu'au dernier centime et d'autre part de fournir des preuves de leur identité, par ex. donner sur Internet leur Carte nationale d'identité, ensuite de quoi les escrocs revendent ces données sur le "Dark-web" en totalité ou le plus souvent aux enchères par paquets. 

 

Posté par kamizol à 11:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2022

Des caméras de surveillance pour protéger les brebis des loups

L'éleveur se garde bien de surveiller ses brebis la nuit : il dort ! et constate les dégâts dans ses troupeaux à son réveil. Il faut le lire pour le croire : N.G. nous en informe dans un article paru le 24 janv. 2022 sur Ouest-France et msn.com/fr "Saône-et-Loire. Le loup tue onze brebis malgré la présence de caméra dans le pré". Le retour des meutes de loups est signalé dans la France entière depuis au moins deux ans : j'ai collationné tous les articles que j'avais enregistrés pour un futur travail.

L'article mentionne au demeurant la perte de quatorze de ses bêtes dans des circonstances similaires en dec. 2021 et "qu'enattendant de se faire indemniser" il avait installé des caméras de surveillance pour les protéger. Faut-y être con !  Cela m'a inspiré immédiatement deux  idées : 

  1. il faut être bien naïf pour espérer arrêter un animal aussi dangereusement prédateur que le loup avec des caméras
  2. cet éleveur est lui-même un prédateur se gavant des indemnités publiques

En effet, s'il déplore la perte de ses brebis (et sans doute des agneaux) il ne peut les vendre ni sans doute produire des fromages. Les indemnités compensent les pertes mais en aucun cas ne constituent un revenu créé par son activité. On peut lui faire confiance pour écumer toutes les aides publiques tant au niveau national que local, en n'ayant garde d'oublier tout ce qu'il perçoit au niveau européen.

Enfin, une dernière question : les faits se produisant sur ses exploitations, pourquoi n'enferme-t-il pas ses bêtes la nuit dans une de ses bergeries ? La situation est fort différente des troupeaux vivant l'été dans les alpages de moyenne et haute altitude où sauf rares exceptions les bergers ne peuvent les enfermer à l'abri du loup la nuit dans des chalets en altitude.

Posté par kamizol à 05:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 janvier 2022

Snapchat et la police sauvent une ado de 14 ans violée et séquestrée

En règle générale je ne m'intéresse pas à Snapchat qui publie des vidéos montrant des agressions contre les policiers ou des profs et autres sujets controversés. Cette fois utilisée à bon escient comme narré dans un article paru le dimanche 16 janv. 2022 sur l'Obs et msn.com/fr "Une jeune fille de 14 ans violée et séquestrée sauvée par la police grâce à Snapchat". Tout un programme détaillé par le menu.

Originaire de l'Ardèche, elle avait fugué de sa famille d'accueil. Elle réussit à joindre sa mère à 5 h du matin le vendredi 14 janv. 2022 pour lui expliquer qu'elle a été violée, séquestrée, frappée et sans doute droguée mais qu'elle ignore l'endroit où elle est retenue. La police, évidemment alertée parvient à la joindre mais mais pas à la localiser. C'est alors qu'une fliquette du commissariat habituée à échanger sur Snapchat parvient à la localiser dans un immeuble du quinzième arrondissement de Marseille, ville où les malfrats de tout poil sont concentrés. Pour ne pas attirer l'attention de ses tortionnaires en allumant la lumière ou en parlant, black-out total. Les policiers parcourent à pied tous les étages. La jeune fille les prévient par sms quand ils atteignent le bon pallier, idem pour chaque appartement : ils frappent à toutes les portes.

Quand ils sont parvenus à celle derrière laquelle sont réfugiés ses tortionnaires - un homme de 27 ans et un "vieux" de 64 ans - ils n'ont plus qu'à leur sauter sur le rable. Le plus âgé a tenté (sans succès) de supprimer des images de son portable. Il était jusque-là connu de la police pour vol et recel. Tous deux nient le viol pourtant confirmé par des examens médicaux. Il suffira au médecin légiste de retrouver du sperme et donc forcément de l'ADN pour les confondre définitivement. Ils peuvent se préparer à un long parcours en prison : 30 ans minimum. Le plus âgé, s'il ne crève pas plus tôt, sera réduit à l'état de "légume". Il m'étonnerait qu'il puisse encore se servir de sa quéquette.

Sans doute parce que je suis une femme je n'ai jamais compris la nécessité qu'ont certains hommes d'imposer par la force un rapport sexuel.

Je voudrais claquer une bonne fois pour toutes la gueule à Philippe Poutou qui ne cesse d'accuser les policiers d'être des tueurs. L'élu minoritaire de Bordeaux devrait bien plutôt s'interroger sur le chef-lieu de la Gironde et ses banlieues devenues nouvelle capitale du crime

Pour le faire mentir, j'ai choisi un article de BFM-TV et msn.com/fr du 21 janv. 2022 dans lequel Mélanie Vecchio et Eliza Fernandez nous informent "qu'au Havre, des policiers interceptent un homme sur le point d'agresser son ex-compagne au couteau". Les faits se sont déroulés le jeudi 16 dec. 2021. Une femme dépose une plainte au commissariat contre son ex-conjoint qui vient de l'agresser. Les policiers ne parviennent pas à le localiser : il n'a pas ni portable ni domicile. 

Les enquêteurs de la Brigade locale de protection de la famille demandent aux policiers de l'accompagner jusqu'à son domicile où elle doit récupérer des affaires utiles pour se réfugier au moins provisoirement chez son père. mais alerté par le profil dangereux de l'agresseur, ils font plus et décident de l'accompagner jusqu'à chez son père. Bien leur en prît : l'individu surgit comme un diable hors de sa boîte : la tête cachée par un masque et un bonnet, brandissant un couteau. Il est plaqué au sol par un des policiers, menotté et interpellé.

Patrick Longuet, commissaire divisionnaire du Havre affirme non sans raison que si les policiers n'avaient pas été à ses côtés "elle serait sûrement morte". Une demande de décoration our les policiers est en cours.

Il vient de comparaître, le vendredu 21 janv. 2022 devant le tribunal correction du Havre pour "harcèlement, menaces de mort et violences sur son ex-conjoint". Je suis assez marrie d'apprendre que condamné à 5 ans de prison, il bénéficie d'un sursis de 2 ans. Bien évidemment il n'est pas dans un cas de récidive légale. Faudra-t-il qu'il la tue pour faire sauter ce sursis ?

Il effectuera sans doute une partie de la peine (compte tenu des "remises de peine" automatiques) Mais a priori, déjà en détention provisoire, il devrait rester en prison. 

Posté par kamizol à 12:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 janvier 2022

Noël au balcon, Pâques aux tisons

J"ai eu souventes fois l'occasion de vérifier cet adage. Quelques rares imbéciles parlent encore de proverbe mais la plupart des articles que j'ai survolés utilisent à bon escient le terme de dicton. Nous devons cet adage à l'esprit d'observation des paysans depuis plusieurs siècles qui savaient ce coup de froid printanier néfaste à nombre de cultures et plaçaient des couches de paille pour les en protéger.

Cette année Pâques tombe le 17 avril, donc relativement tôt, au lendemain de la pleine lune, toujours annonciatrice d'un changement de temps. Sera-ce un coup de froid, et pourquoi pas accompagné de chutes de neige ? J"ai déjà connu de véritables tempêtes de neige à Orléans et en Sologne à cette époque de l'année, la neige tenant au sol plus d'une semaine. 

Si tel est le cas, sortez bien couverts : pulls, écharpe, bonnet et gants, polaire et parka. Occasion de vérifier un autre adage : "En avril, ne te découvres pas d'un fil" en attendant le mois de mai "fais ce qu'il te plait".

Posté par kamizol à 14:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un cannibale échappé de l'H.P. en vadrouille à Toulouse

l'anthropophagie n'est pas uniquement une lointaine affection tropicale africaine. Il y a queelques années un détenu japonais dévora le coeur de son-codétenu avant d'être renvoyé au Japon. Il y a encore plus longtemps dans les peuplades germaniques et nordiques un combattant dévorait le cœur de son adversaire pour s'approprier son courage. Ceux-là n'étaient considérés comme des fous alors que les cannibales d'aujourd'hui sont jugés "irresponsables" aux sens psychiatrique et pénal. Bien qu'unanimement condamnée dans les pays "civilisés" l'anthropophagie n'est pas complètement éradiquée, y compris en Occident, prête à ressurgir.

Certes, Jérémy Rimbaud s'était déjà illustré en 2013 par un acte de cannibalisme commis sur un nonagénaire dont il avait arraché le coeur et la langue avant de les cuisiner. Beurk ! Il fut à l'époque considéré comme un schizophrène sévère et donc dangereux, délirant et sujet à de fréquentes hallucinations. Je ne voudrais pas faire une fois de plus le procès de l'anti-psychiatrie mais on a mis hors les murs des H.P. tous les malades mentaux sans se demander ce qu'ils devenaient. 

Dans un article paru le 21 janv. 2022 sur Ouest-France et msn.com/fr Alice Dandrix s'interroge : "Qui est le cannibale des Pyrénées qui s'est échappé d'un hôpital psychiatrique de Toulouse ?". Il a agressé le mercredi 19 janv. 2022 une vieille dame qui promenait son chien dans les rues de Toulouse, avant d'être fort heureusement mis en fuite. On saura jamais quel sort il lui réservait. Je vous fais grâce du parcours compliqué de cet ancien militaire de 34 ans, également surnommé "Le cannibale de Nouilhan"Je constate que les hospitalisations sont toujours à éclipse. Ainsi,quand il prit la poudre d'escampette, il effectuait un "séjour temporaire" dans l'unité fermée pour malades difficiles.

Encore une fois drôlement fermée puisqu'il n'eut même pas besoin de la clé pour aller voir ailleurs. Ce n'est ni le premier ni le dernier cas de cette espèce : les services de psychiatrie sont des passoires. Toujours est-il qu'il y fut réadmis le soir même. Pour combien de temps ? that the question. Il faut savoir que la schizophrénie est une affection dont on ne guérit pas. Les malades qui suivent bien leurs traitements sont stabilisés mais jamais à l'abri d'une rechute.

La schizophrénie est une maladie grave, toujours susceptible de déclencher des crises meurtrières, comme en témoigne un volumineux dossier de la Revue de l'infirmière consulté au milieu des années 1970. A l'époque, certains psychiatre refusaient cette évidence. Il fallu le meurtre  d'une surveillante par un patient à l'H.P. de Pau pour les réveiller de ce long sommeil dogmatique.

 

 

 

 

 

 

Posté par kamizol à 10:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Le dangereux jihadiste Lionel Dumont dans la nature...

Sous bracelet électronique - tu parles ! - nous apprend le 21 janv. 2022 un article paru sur France-info et msn.com/fr "Gang de Roubaix : le vétéran du jihad Lionel Dumont remis en liberté". Un drôle de pedigree à son actif ! Arrêté en 2004 , après une longue cavale, il avait commis une série de braquages avec le Gang de Roubaix (il tentait alors de faire croire à la criminalité des bandes de droit commun) pour financer le jihad. En 1994, il rejoignit une unité paramilitaire en Bosnie-Herzégovine.

En 2007, il avait écopé de 25 ans de prison, donc jusqu'en 2032 si les peines étaient totalement appliquées, sans toutes les abarrantes et automatiques remises de peine dont Eric Dupond-Moretti avait affirmé qu'elles seraient supprimées. Je m'aperçois en suivant les articles de presse sur msn.com/fr que les terroristes et délinquants de la criminalité en bande organisée sont loin d'effectuer ne serait-ce que le quart de leur peine.

Lionel Dumont est donc libérable en juin 2022 mais la justice - décidément bonne fille - lui fait un cadeau Bonux : 9 mois de liberté en plus. La justice ne refuse rien à ces crapules. Si vous, moi ou tout citoyen lambda était condamné à de la prison ferme pour n'importe quelle raison, soyez assuré que la justice ne lui ferait grâce de rien : au gnouf tu resteras.

Il a été incarcéré à la prison de Condé-sur-Sarthe. En sept. 2021 le juge d'application des peines ordonna sa libération, décision contestée par le parquet qui fit appel : la Cour d'appel de Caen confirma la décision du Jap d'Alençon.

Impossible de ne pas se demander à quoi sert le Parquet national antiterroriste - compétent pour la France entière - comprenant des polciers et des magistrats hyper-spécialisés qui non seulement enquêtent sur les affaires de terrorisme mais sont susceptibles d'apporter des réponses judiciaires dans le suivi des terroristes si n'importe quel petit juge dans sa lointaine province, sans la moindre compétence en matière de terrorisme peut prendre dans son coin de telles décisions.

Il est également loisible de s'interroger - comme pour la plupart des jugements s'agissant de la libération des terroristes - pourquoi la justice n'a pas demandé au moment des procès, s'agissanr de peines égales ou supérieures à 10 ans que fût appliquée la rétention de sûreté effectuée dans un centre socio-médico-judiciaire après la fin d'une peine criminelle, à titre exceptionnel si le détenu représente une menace grave pour la société. La photo illustrant l'article date de son interpellation mais le front bas et l'air buté ne plaident pas en faveur d'une brillante intelligence.

Je suis persuadée qu'il ne revient pas dans le Nord pour jouer le toutou à sa mémère. D'abord de quoi vivra-t-il ? Du RSA si cela lui suffit.

 

 

Posté par kamizol à 06:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 janvier 2022

Zineb El Rhazoui, ancienne journaliste de "Charlie Hebdo", ralliée à Macron

Selon elle, "Le choix du cœur et de la raison", fondé notamment sur les engagements d'Emmanuel Macron sur la laïcité et le risque de voir Eric Zemmour perturber l'engagement laïc dans le camp progressiste. S'agissant de ces deux raisons, mieux vaudrait qu'elle portât des lunettes avec des verres nont obturés par des couches de peaux de saucisson.

A un peu plus de 4 mois de la présidentielle impossible de savoir comment évoluera le score d'Eric Zemmour qui engrange nombre de critiques et multiplie les impairs sur beaucoup de sujets qui tiennent l'opinion publique à cœur. Je n'ai pas changé d'avis à son égard. Il est monté rapidement si haut dans les intentions de vote qu'il n'était même pas besoin de solliciter les électeurs, un vote par acclamations suffisant à le faire élire. Mais j'avais également prévu l'effondrement terminal comme un soufflé sortir trop tôt du four. Wai and see.

Quant aux prises de position d'Emmanuel Macron, elles furent à géométrie plus que variable. Sans même parler de la loi sur le séparatisme, aussi claire et bienvenue, elle a été édulcorée à cause des associations droits-de-l'hommistes qui ont pris le Conseil constitutionnel d'assaut. Il a courtisé catholiques et protestants tout en leur demandant d'être "raisonnables" sur la laïcité. Point trop n'en faut selon ses dires. La loi de 1905 - séparation de l'Eglise et de l'Etat - permet la liberté religieuse dans le cadre des lois qui l'aménagent, grosso modo : croire ou ne pas croire. En aucun cas "la liberte d'expression religieuse" : les islamistes s'y sont engouffrés avec la plus grande gourmandise, se pourléchant les babines. Ils voulaient tout balayer : l'interdiction du voile à l'école primaire et dans le secondaire, l'interdiction de la burqa dans l'espace public, etc. Le grand retour de la Charia en France. Ce n'est assurément pas ce que voulait Emmanuel Macron

Posté par kamizol à 11:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 janvier 2022

Les vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza

Le moins que l'on en puisse dire étant qu'elles onf fait polémique, tous titres de presse et magazines confondus que je me suis bien gardée d'ouvrir. La seule chose retenue : il s'était exprimé depuis Ibiza mais en faisant croire qu'il intervenait depuis son bureau du ministère de l'Educ-nat. Pas de la dernière élégance et pourquoi memtir quand tout finit par se savoir ? Entendu aussi un joli choeur de questions-réponses de la sacro-sainte Macronie fidèle à elle-même (on se croirait revenue aux bonnes feuilles de l'Affaire Benalla) : avait-il le droit de prendre des vacances, là-bas, etc. etc. Bien évidemment : oui.

J'ai ouvert un article de Louis de Raguenel paru le19 janv. 2022 sur Europe1 et msn.com/fr "Ibiza : Jean-Michel Blanquer reconnaît une erreur de discernement". Il lui aura fallu un JT sur TF1 pour éteindre 15 jours de polémiques ! Cet article ou un autre m'apprit qu'il veanit de convoler le w-e dernier avec la journaliste Anne Cabana. Souhaitons qu'elle n'y perde pas sa pugnacité.

Emmanuel Macron ne souhaiterait pas sa demission, cherchant à éviter un nouveau COUAC à quelques heures ou jours de l'annonce de sa candidature à l'élection présidentielle, désormais la seule chose qui l'intéresse. C'est dans cette mesure qu'il laissa se multiplier les articles annonçant la décrue de la pandémie malgré des chiffres - y compris les stat. quotidiennes de SantéPubliqueFrance faisant état le 19 janv. 2022 d'un taux de contaminations absolument faramineux : 24,4 % ! Rien à voir avec une décrue des contaminations par le coronavirus. Comme en témoigne du article du 18 janv. 2022 paru sur Match et msn.com/fr "300.000 nouveux cas par jour, la pandémie loin d'être terminée.. Le point sur le coronavirus" qui fait le point sur les hosîtalisations, les admissions dans les services de soins crituques, les décès, etc. Exercice obligé habituel chez tous leurs confrères de la presse qui font le point toutes les semaines

Posté par kamizol à 11:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 janvier 2022

Calamités non naturelles : les "journées sans" dès le 1er janvier 2022, en attendant d'autres mesures

Cela nous tombe sur le coin du museau aussi dru que les obus à Gravelote. Janvier 2022 (comme les précédents) sera donc le mois de tous les dangers pour les consommateurs qui ne veulent pas subir le joug de toutes les restrictions à la mode venue d'ailleurs : des Anglo-saxons et du Nord de l'Europe. Pas d'alcool, pas de viande. Une "punition" : quel crime aurions-nous commis ? Totalement réfractaire depuis toujours à ces interdits, je continuerai en janvier comme avant et après à manger et boire comme bon me semblera ce qui ne fera aucunement de moi le parangon de tous les excès, bien au contraire. Laissez-moi vitupérer cet abus d'utilisation de l'anglais. "La langue des maîtres" dixit Bernard Cassen, à moins qu'il ne s'agisse de "globish", la langue véhiculaire de la mondialisation.

Or donc, le mois sans alcool selon ce que je lus le 1er janv.2022 sur Ouest-France et Msn.com/fr "Dry January. C'est bien parti pour le mois sans alcool mais sans soutien de l'Etat", contrairement aux dispositifs anti-tabac. Pingrerie ou intérêts divergents avec les lobbies de l'alcool et de la viticulture ? Le procès est loin d'être nouveau,  je me garderai bien d'y glisser le moindre doigt de pied. Un viticulteur reprochant une campagne hygiéniste et inadaptée à "l'art de vivre" à la française.

 En janvier, "Adieu, veau, vache, cochon, couvée". Perrette et le "pot au lait" de la maladroite laitière de Jean de La Fontaine mais insuffisant pour les extrémistes végans qui y ajoutent, selon les commentaires de Fioana Bonassin dans un article de 20 minutes daté du 3 janvier 2022 "Veganuary : affaire de bobo, nouveau mode de vie... Nos lecteurs divisés sur le mois sans viande, lait et œufs". Ajoutez le fromage et les poissons... Quand il y a de la graine, ya pas de plaisir !

Nous ne disposons pas des chiffres de 2022 - le mois n'est pas terminé - mais certains commentateurs prévoyaient des records aussi hypothétiques que ridicules. S'ils sont du même ordre qu'en 2021 : 580.000 personnes, c'est peanuts à l'échelle des presque 70 millions d'habitants de la France. 

Dire que je n'aime pas les végans relève du pur euphémisme mais j'aurais d'autres occasions de leur tailler tous les costards qu'ils méritent Comme les islamistes (et les Chinois) ils voudraient soumettre la planète à leurs lois et leurs délires hégémoniques. Plût au Ciel qu'ils y sombrent.

C'est dire combien je fus réjouie du coup de pied lancé dans cette fourmillère par Fabien Roussel, secrétaire général du PCF depuis 2018, intervenant le 9 janv. 2022 sur FR3 : "Un bon vin, une bonne viande, un bon fromage : c'est la gastronomie française. Le meilleur moyen de la défendre, c'est de permettre aux Français d'y avoir accès". Se doutait-il qu'il lancerait un tel  tollé ? La gauche, aussi stupide que d'habitude, insistant sur les inégalités d'accès à ces produits comme s'ils devaient être consommés tous les jours, les écolos fustigeant les méfaits de la surproduction sur les terres agricoles, incapables d'imaginer des exploitations à taille humaine, la candidate écolo Sandrine Rousseau affirmant que le couscous serait le plat préféré des Français. Bof ! Bof !

Sur un autre site, un internaute pointa "l'oubli des personnes végétariennes"... Si on n'a plus le droit de parler de viande pour leur complaire, c'est du grand n'importe quoi. Perso, je trouve qu'elles font déjà assez chier comme ça comme en témoigne à l'envi l'article le veganuary.

Posté par kamizol à 12:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 janvier 2022

Naissance d'une légende urbaine : un cygne kidnappé au Bois de Boulogne

Qu'il y eut dans le passé des cygnes volés est une réalité mais rien de tel dans cette malencontreuse affaire révélée le 12 janv. 2022 par Dah Magassa et Alicia Foricher sur BFM-TV et msn.com/fr "Paris : le cygne kidnappé au Bois de Boulogne s'avère être une oie qui n'a jamais été enlevée". Autrement dit, selon Shakespeare "Beaucoup de bruit pour rien" mais tout finira par s'arranger. On se demandera si les témoins du "crime" n'ont pas poussé le bouchon trop loin en déclenchant ce pataquès !

Acte 1. Le dimanche 9 janv. 2O22 plusieurs témoignages font état de l'enlèvement d'un cygne par un couple près de la mare Saint-James au Bois de Boulogne. Les témoins notent scrupuleusement la plaque d'immatriculation et la marque du véhicule utilisé par les ravisseurs et appellent la police. Indications transmises au commissariat du XVIe arrondissement où une enquête est ouverte. C'est dire le degré de gravité de l'affaire !

Acte 2. Un peu plus de 48 h après, retournement de situation à la Mairie de Paris - bonjour la pétaudière ! - qui admet qu'il y a eu confusion : en cause la société de protection des oiseaux des villes (SPOV) qui n'a pas informé la mairie de son action ni signalé que le fameux cygne était en réalité une oie bernache blessée récupérée pour la soigner par une société de protection animale.

A-t-on réellement besoin de toutes ces hautes instances de protection des animaux, ne peut-on les regrouper avec toutes les associations de protection des animaux : il y aurait sans doute un sacré ménage à faire en leur sein. La cohérence y gagnerait.

Posté par kamizol à 11:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]